Le Bon Moment

Il arrive toujours ce moment.
Le moment de partir.
On peut bien traîner encore un peu
à faire des adieux inutiles et à ramasser
des choses qu’on jettera en chemin.
Le moment nous regarde
et on sait qu’il ne reculera plus. 

(…)

En fait, la véritable opposition n’est pas
entre le pays, si différents soitent-ils,
mais entre ceux qui ont l’habitude
de vivre sous d’autres latitudes
(même dans une condition d’infériorité)
et ceux qui n’ont jamais fait face
à une culture autre que la leur.

Seul le voyage sans billet de retour
peut nous sauver de la famille, du sang
et de l’esprit de clocher.
Ceux qui n’ont jamais quitté leur village
s’intallent dans un temps immobile
qui peut se révéler, à la longue,
nocif pour le caractère.

Pour les trois quarts des gens de cette planète
il n’y a qu’une forme de voyage possible
c’est de retrouver sans papiers
dans un pays dont on ignore
la langue et les moeurs.

On se trompe à les accuser
de vouloir changer
la vie des autres
quand ils n’ont
aucune prise
sur leur propre vie.

Si on veut vraiment partir il faut oublier
l’idée même de la valise.
Les chose ne nous appartiennent pas.
On les a accumulées par simple souci de confort.
C’est ce confort qu’il faut questionner
avant de franchir la porte.

- Dany Laferrière, L’énigme du retour

Comments (View)
blog comments powered by Disqus

posted : Sunday, August 19th, 2012

Free Website Counter
Free Website Counter